top of page

Ta paix, ton chaos !

La paix nait de ton chaos.


On apprend, à coup de développement personnel et d'introspection régulière à se charcuter l'écorce.

On veut comprendre, on veut libérer, on veut s'élever, gagner en sérénité, en paix intérieure...

Etre la meilleure version de soi, régler ses traumas, ses mémoires, accueillir, observer, alors on creuse, on fouille en soi, on se triture parfois et pendant un temps ça fonctionne.

On se sent mieux, on a des révélations absolument magiques, on évolue...

On trouve un sens à ce que l'on vit, ce que l'on a vécu, ça nous rassure, ça nous aide au sentiment d'acceptation, de "raison"...


Par nature notre parcours nous amène où nous sommes !

Alors si il y a des choses qui nous plaisent dans ce qu'on est, la manière dont on a été façonné, on se dit que la vie nous a donné des clés, de compréhension, d'expérience, que ça fait de nous qui on est !

Si on a marché dans la boue, dans la merde et qu'on y a développé une force incroyable et qu'on a réussi à en sortir vivant, on se dit, wahouuu sans cette expérience je ne serai pas le "vainqueur", la guerrière que je suis aujourd'hui... Faut-il pour autant être en "Gratitude" ?


Je suis résiliente, je suis bienveillante, je crois, que je suis positive, connectée et j'ai la foi. J'ai profondément Foi.

J'ai vécu des choses très douloureuses et je m'en suis sortie, à chaque fois plus forte... Forcément que j'en suis sortie plus forte, si tu sors du merdier, tu développes forcément dans ton coeur, ton âme, ta chair, cette capacité à te dépasser, à vivre, à avancer contre vents et marées...

Je me suis charcutée l'écorce, beaucoup...

J'ai aussi été ce qu'on appelle une écorchée vive, longtemps...

Jusqu'à ce que je sème et arbore amour, douceur et chaudoudou sur ma poitrine m'élevant tout haut, sur les ondes, apprenant les chemins de l'esprit, de l'âme, fouillant, remuant, me développant personnellement en apprenant à décortiquer la vie...

Je me suis arrangée avec ma colère, beaucoup, au nom de la paix intérieure et du "bien" ...

Ou plutôt au nom de MA paix intérieure. J'en voulais pas de ma colère, et elle m'a collée à la peau, faisant de moi une bombe à retardement !


Je ne sais pas trop bien où je vais en écrivant ce post mais c'est pas grave, je me laisse guidée et je crois que ce que je suis en train d'évoquer et très en lien avec ce qui me traverse cette semaine !


Mettre un mouchoir sur ses plaies, ne pas aller gratter...

Ne pas être en colère, ne pas nourrir de dragons...

Je vis en ce moment des tempêtes émotionnelles.

Mes des tempêtes de feu, d'eau, d'air...


Mes déclencheurs, outre l'accumulation en lien avec ma fonction de maman solo entrepreneuse (coucou, les personnes qui portent beaucoup de responsabilités) c'est le sentiment de ne pas être entendue, le manque de reconnaissance, l'ingratitude pour mes efforts.

Je me dis souvent que si je ne le fais pas, personne ne le fera...

Alors que, peut-être, personne ne le fais parce que je le fais.

Dans un sens, j'accepte cette injustice là, puisque je continue de faire...

Là où certains disent "je ne peux pas" moi je dis "je vais me débrouiller" et je me retrouve toujours à être celle qui se plie en origami, et je n'ai pas un merci pour ça... Bah non... Pourquoi j'en aurai? On ne m'a rien demandé !  


Voilà un gros déclencheur de pétage de plomb quand mon émotionnel est saturé.

Qu'est ce qui se cache derrière ça?? Au fond, du fond, du fond, du fond...

Alors en bonne charcutière exploratrice, j'ai été me triturer et j'ai essayé d'en sortir des pâtés, des pistes...

Dépassement de soi, toute seule, tu en tires quoi comme satisfaction Lucie? ( oui j'parle bien de satisfaction ^^ )

De la reconnaissance peut-être? Un sentiment de réussite? De valeur? Dans épreuve il y a preuve...

Hier je me suis dit que, putain de bordel, je suis forte, je suis une guerrière, plus tu me défies, plus je vais me battre, j'ai cette force. Mais je n'ai pas à évaluer ma valeur ou ma force à l'échelle de dépassement de moi, d'épreuves... Je ne suis pas un chevalier, un soldat, pourquoi je suis toujours dans la lutte? Pourquoi j'ai toujours à me battre? Qu'est ce que je cherche à prouver?

Je crois, et je vous le dis en toute humilité, que si je n'avais pas dépassé tout ce que j'ai dépassé, je ne serai pas sûre que je ne suis pas une merde... Me battre me donne un sentiment de puissance.

Il est con l'égo des fois nan?


Si j'arrête de me battre il se passe quoi?

J'imagine... Je ressens... Bah vous savez quoi? Ce que je ressens s'apparente à la honte.

J'me sens nulle, vient alors ma vague d'humiliation, de sabotage... Et j'ai envie de me mettre des claques ! ( Oh !!! Exactement ce qui me vient quand je sature, que je craque, que je suis à bout de nerfs)

On continue la charcuterie?


A quel moment je ne me suis pas battue? A quel moment j'ai été vaincue?

Là je viens titiller la petite Lulue qui n'a pas eu le choix, je viens titiller la moyenne Lulue qui s'est laissée faire, je viens titiller la grande Lulue soumise, je viens titiller toutes ces parties de moi qui ne se sont pas battues et là...Là... Je la comprends, je la ressens l'humiliation. Elle est là ! Je sais pourquoi je me sens puissante dans l'adversité... Parce que ça me rassure !!!! Inconsciemment je trouve ma sécurité en me mettant en insécurité... Bah oui, logique, comment tu peux savoir que tu es capable de te protéger si tu ne te confrontes pas? Si tu as toujours un coussin sous tes fesses?


Pourquoi mes émotions sont aussi fortes face à certaines situations en ce moment?

Parce que je suis épuisée.

Parce qu'il est temps de nettoyer ça aussi.

De mettre en lumière, de dévoiler...

Tout remonte pour être évacuer !

J'ai été fouiller en moi pour me libérer...


Les dragons sont de sortie !

J'ai besoin de détruire, de casser, de crier, de hurler... Et c'est ok !

Oui... Je passe par la boucherie parce que c'est quand même un bon moyen de sonder et de comprendre où on doit creuser... Ce qu'on doit libérer. C'est un chemin que je maîtrise assez bien appuyer là où ça pique.

Mais, à la lumière de ce que j'ai déterré cette semaine et de l'ampleur de la vague je sais que:

Je n'ai pas été malade et à l'arrêt pour rien, mon corps il sait....

J'ai pas pété les plombs pour rien, mes émotions elles parlent...

Ce que j'veux vous dire à travers mes mots, à travers ce partage sans trames, peut-être décousu, c'est que vos dragons, vos démons, ils sont là pour vous protéger, ils sont là pour vous aimer, on a pas à lutter contre, sinon on lutte contre soi.

Moi j'ai une rage en moi aussi, faut pas croire que parce que je véhicule des pensées positives et résilientes je suis épargnée...

J'ai accepté ma colère, le sentiment d'injustice, et je réalise que j'ai des choses tellement plus fortes, plus sombres à sortir encore.

J'ai un besoin de destruction en ce moment.

C'est violent à exprimer mais ce n'est pas un vilain mot, c'est un besoin.

Si je ne transmute pas ça, c'est moi que j'épuise, c'est moi que je vais détruire, grignoter, ronger...


N'ayez pas peur de vos dragons.

Détruire, ça peut être des objets...

Déchirer des papiers...

Cracher, dire des gros mots, vaut mieux ça que s'arracher les cheveux, se frapper ou se dire des mauvais mots à soi....

Ce qu'on retourne contre soi c'est souvent ce qu'on a pas osé ou pu libérer...

Mes dragons, ils sont volcaniques cette semaine !

Je vais peut-être aller casser des objets, y'a des lieux pour ça, pour piquer des crises, pour s'autoriser à piquer des PUTAIN de crises, pour détruire, casser, crier !

On paye, on entre dans une pièce et on a le droit de tout casser.

Y'a des outils et des cadres pour accueillir ça.

De manière plus introspective et aider à sortir les larmes et les émotions cachées... C'est ce que je fais en atelier, vous savez quand on arrache, qu'on brûle les papiers ???

J'ai envie de faire de la mosaïque depuis quelques semaines, et je me dis, que oui ! Je casse, je détruis, puis je colle et crée... Ca a tellement de sens ! Comme le papier mâché, trituré, arraché... mouillé, mis en pâté ^^

J'ai été arracher des herbes dans mes jardinières et ça m'a apporté une satisfaction énorme de les "arracher"...

On est pas forcé de faire des trucs "violents" pour sortir de soi un besoin comme celui-là... Mais il faut que ça sorte ! Pour le sortir, faut accepter que ça soit là.


On peut fouiller, on peut se mixer, se décortiquer, on peut se libérer, explorer, sortir, analyser, accepter, accueillir, se révéler, mesurer, être pacifié, s'observer...

Se dire "oh là c'est de la colère" "oh là c'est mes larmes" mais...

Aujourd'hui, j'ai envie de sortir de moi les choses telles qu'elles sont de la manière la plus brute et naturelle qui soit !

J'veux pas avaler, observer, canaliser je vous tout sortir, je veux hurler, je veux cracher, casser, j'ai ça en moi là, je porte cette tempête là.

Je dois la vivre absolument, pleinement !


A un moment donné, il faut affronter et écouter ses dragons.

Les regarder en face.

On est pas forcé d'être toujours lisse et poli.

On ne solidifie pas une base en négligeant ses émotions.

Je veux qu'à partir d'aujourd'hui mes ombres, mon dragon de feu, je veux qu'ils puissent s'exprimer, me dire...

Je ne veux pas attendre que le volcan me consume, je ne suis plus une bombe à retardement, je veux apprendre à être en colère et à matérialiser cette colère... Je ne veux plus la détourner, ou l'adoucir... Je me charcute et me fais violence mais tellement !!!


Psychologiquement mais on est nombreuse à se torturer ! Vous réalisez ce qu'on se fait subir parfois? A se plier en origami? A se responsabiliser de tout ce qu'on traverse?

Un bon " va te faire foutre" , un gros "je vous emmerde !"

Une vielle pile d'assiettes éclatées,

Un désherbage en feu, en larmes...

Un gros mot...

Une grimace...



Quand j'étais petite, mon dragon me faisait déchirer des choses, me faisait casser des oeufs, me faisait courir à pieds nus dans l'herbe, même sous la pluie, jusqu'à ce que je craque et pleure...

Quand j'étais petite quand je saturais, je partais, en claquant les portes, ou bien, je m'enfermais dans les toilettes pendant des heures... Et je hurlais !

Et puis, un jour j'ai commencé à me faire petite et à me faire mal en silence pour gérer mes tempêtes... jusqu'à ce que je pleure et ressente un soulagement...

Aujourd'hui?

Bah aujourd'hui je crois que je n'ai pas d'outils à la hauteur de mon dragon. Aujourd'hui c'est gommette, pansement, tu fais un effort jusqu'au pétage de câble...

Aujourd'hui, je vais devoir assumer cette part de moi qui a besoin de transmuter dans la matière tout ce qu'elle a de cassé en elle, de moche, de pas acceptable et oser être aussi une sombre dragonne...


Les solutions sont toujours simples et évidentes, mais on a parfois besoin de faire un chemin, tellement long pour les recevoir...

Les émotions... Les accueillir toutes ! Telles qu'elles arrivent...

Leur offrir un espace. Les écouter.

J'ai un lapin doux en moi, une fée, une guerrière, une mère, une fourmi, une chatte, une fleur, j'ai aussi une putain de dragonne ! Toutes ces énergies, toutes ces facettes j'apprends à les faire vivre, j'apprends à composer avec.


La vérité, c'est que la paix intérieure, elle vient aussi de ce chaos !

La paix nait de ce chaos !

Je ne suis pas bouddha, je suis une humaine... Je suis de chair, de sang, de fougue, d'intensité, de douce intensité et aussi parfois déchainée comme l'océan ou pire encore !


On trouve la paix en laissant chaque partie de soi s'exprimer, vraiment !

Que ce qui nous ronge se tourne vers l'extérieur ! Pas pour ronger les autres, nan nan nan ! Juste pour s'exprimer... Pour s'exprimer...

On nous a souvent appris que nos "démons" étaient mauvais, qu'ils étaient méchants, blessants, mais c'est faux !

Ton émotion, c'est ton émotion... Point.

Elle ne peut blesser que toi, si tu ne l'exprimes pas !

Si l'autre est heurté par ton émotion, c'est son problème, c'est son job, tant que tu ne fais que t'exprimer, comment ça pourrait être mal? mauvais? méchant? C'est.... C'est là.

C'est tout !


"Je m'aime telle que je suis. J'accepte de vivre toutes les émotions qui vibrent en moi, j'ose les exprimer sans les travestir, je les accueille telles qu'elles sont, je m'accueille dans toutes mes dimensions !"


Voilà,

J'ai démarré mon post en me disant, livre ce qui couve en toi ces derniers jours et j'en arrive à cette conclusion.


Je ne sais pas si ce que je vous raconte fera sens en vous, j'espère que ça apportera une clé, un regard ou un écho à certaines...

Pas toujours facile de me mettre à nu, mais c'est la voie que j'ai décidé d'emprunter pour ouvrir des voies... de libérer ma voix.


Prenez soin de vous !

N'oubliez pas que vous avez aussi le droit de dire MERDE !

Et que vous resterez, des belles fleurs au doux parfum malgré les épines !


Je vous aime,

Je suis là,

Si l'appel est là, je suis là !


Des bisous  


Lucie,

LuNa Terr'happy




17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page